Alimentation  |  20 janvier 2017

Partager :

Ce qu’il faut savoir sur la Vitamine C

Sans doute la plus célèbre des vitamines, la vitamine C, ou acide ascorbique, est une molécule essentielle à notre organisme. Elle est indispensable au bon fonctionnement de notre corps, et à notre santé. Voici l’essentiel sur la vitamine C.

Parmi les vitamines, la vitamine C tient une place à part, notamment en raison de sa célébrité. En effet, la carence en vitamine C provoquait le scorbut chez les marins, maladie qui se caractérisait par un affaiblissement général, notamment au niveau du système immunitaire, des problèmes de cicatrisation, et à terme la mort. C’est la mise au point d’un régime à base de légumes et de fruits, notamment d’agrumes, qui permit de réduire la prévalence du scorbut dans la marine.

Isolée par les chimistes au début du XXème siècle, la vitamine C, aussi appelée acide ascorbique (soit littéralement acide « anti-scorbut »), fut classée parmi les vitamines hydrosolubles. Ce qui signifie que, contrairement aux vitamines liposolubles qui se fixent dans les graisses, la vitamine C est soluble dans l’eau, et qu’elle n’est pas stockée dans le corps humain, qui n’a d’ailleurs pas la capacité de la synthétiser de lui-même, contrairement à la majorité des autres êtres vivants.

Ce qui veut également dire que l’être humain doit s’en remettre à son alimentation pour fournir à son organisme la précieuse vitamine C, alors qu’il est capable de synthétiser lui-même la majorité des autres vitamines. Comme l’ont prouvé les expériences réalisées dans la marine, c’est en effet en consommant des aliments naturels riches en vitamine C, fruits et légumes, que l’on peut, de manière relativement facile, éviter toute carence.

A l’heure actuelle, respecter le principe des cinq fruits et légumes par jour est déjà théoriquement suffisant pour combler une bonne partie de ses besoins quotidiens en vitamine C, notamment si des agrumes, comme les oranges ou les citrons, font partis de ce régimes. De même, la vitamine C étant un antioxydant, elle est utilisée sous forme artificielle comme conservateur dans la nourriture industrielle.

Cette vitamine C artificielle est cependant moins facile à assimiler pour le corps humain que la vitamine C naturelle. Or il faut aussi savoir que la vitamine C est fragile et que l’air, la lumière et la chaleur suffisent à la dégrader. Les fruits et légumes transformés ou cuits en contiendront donc moins. De même, la vitamine C piégeant les radicaux libres dans l’organisme, elle est brûlée plus rapidement en cas de consommation d’alcool ou de tabagisme.

En cas de carence, on peut donc s’en remettre à un apport complémentaire en vitamine C, à condition que celle-ci soit d’origine naturelle car plus facilement assimilable par l’organisme. On peut par exemple se tourner vers les compléments en vitamine C à base d’acérola, l’un des fruits ayant la plus forte teneur en vitamine C. Une consommation plus élevée en vitamine C sera bénéfique pour l’organisme, et il a été prouvé que la vitamine C prise en continu permet d’atténuer modérément l’impact des infections bénignes.

Enfin pas de soucis en cas de surdosage : contrairement à une croyance largement répandue, il n’a pas été prouvée que la vitamine C a un effet excitant. En revanche, la prise trop soutenue de vitamine C aura un effet légèrement diurétique. Ce qui est somme toute logique puisque, la vitamine C ne pouvant pas être emmagasinée dans l’organisme et étant soluble dans l’eau, elle est éliminée dans les urines lorsqu’elle est présente en trop grandes quantités. Ce qui est par ailleurs difficile à atteindre dans la mesure où les doses de vitamine C nécessaires à notre organisme et absorbables restent minimes.


Écrit par Romain Berthommier

Tags :  alimentation immunité santé vitamine c


Alimentation  |  20 janvier 2017

Partager :