Alimentation  |  30 mars 2017

Partager :

10 farines alternatives à utiliser à la place de la farine de blé

Les farines constituent l’une des bases de l’alimentation humaine. En occident, la farine de blé est de loin la plus utilisée mais il existe des farines alternatives savoureuses. La plupart d’entre elles permettent d’ailleurs de se couper du gluten contenu dans le blé et ses produits dérivés. Découvrez vite les qualités de ces farines alternatives !

Les alternatives à la farine de blé sont nombreuses, et leur popularité a été croissante avec la montée du mouvement du sans gluten. Ces farines alternatives sont en effet généralement totalement exemptes du gluten que contiennent le blé, le seigle et l’orge. Elles offrent également des saveurs et des qualités nutritives variées.

Cependant, il faut garder à l’esprit que ces farines présentent des goûts et des textures pouvant fortement varier et que certaines d’entre elles ne lèvent pas et donnent aux préparations des textures lourdes. L’astuce consistera donc à les mêler harmonieusement en fonction des types de préparations. De plus, elles ont l’avantage d’être digestes, ce qui, couplé à des aides végétales pour bien digérer, apaisera votre transit.

La farine d’épeautre

Cousin du blé, l’épeautre est une céréale ancienne qui se distingue par son importante teneur en protéines mais aussi en lysine, l’un des acides aminés essentiels. En revanche, elle contient du gluten, bien que sa teneur en la matière soit relativement faible comparée à celle du blé.

Avec son goût rappelant celui de la noix, la farine d’épeautre fait une base originale pour les sauces et les soupes, mais c’est dans la pâte à pain ou à gâteau que ses qualités se révèlent. En effet, les préparations à base de farine d’épeautre nécessitent moins d’eau que celles à base de blé et ont une très bonne tenue à la cuisson.

La farine d’engrain

Autre cousin du blé, encore plus primitif, l’engrain, ou petit épeautre, contient lui aussi du gluten, mais dans des proportions particulièrement faible. Sa teneur en phosphore, en potassium et en antioxydants comme la lutéine en fait un aliment particulièrement intéressant d’un point de vue nutritif.

La farine d’engrain présente une très belle couleur jaune dorée et a un goût à la fois rustique et délicat. Elle peut remplacer parfaitement la farine de blé dans les gâteaux et les pains sans avoir à être coupée avec une autre farine.

La farine de sarrasin

Souvent appelé « blé noir », le sarrasin n’a pourtant rien à voir avec le blé puisqu’il ne s’agit pas d’une céréale et qu’il est exempt de gluten. La couleur sombre et la légère amertume de la farine de sarrasin ne manquent pas de charme, mais c’est surtout sa richesse en protéines, en vitamines B et en magnésium qui va nous conquérir.

La farine de sarrasin est idéale pour préparer crêpes et biscuits, tel que de savoureuses crêpes fourrées ou des galettes de pommes de terre.

En revanche, pour un gâteau ou un pain, nous vous conseillons de la mêler à de la farine de riz ou à de la fécule de maïs en proportions égales. En effet, la farine de sarrasin lève difficilement et son goût très prononcé tend à dominer ceux des autres ingrédients. 

La farine de riz

Nous consommons plus le riz sous forme de grains entiers que de farine et pourtant cette dernière ne manque pas de qualités ! Particulièrement fine, très légère, la farine de riz est très digeste, idéale en cas de digestion délicate. Pour une teneur en fibres plus élevée, on favorisera d’ailleurs la farine de riz complet.

Avec son goût neutre se mariant aussi bien avec le salé qu’avec le sucré, la farine de riz peut être employée pour épaissir les sauces et les potages, pour entrer dans la composition des chapelures ou encore pour être l’ingrédient de base des pâtes à tartes. Pour un gâteau, choisissez cependant de la marier avec une autre farine pour éviter qu’elle rende la préparation trop friable.

La farine de pois chiche

D’un usage répandu au Moyen-Orient, la farine de pois chiche est un cocktail de bienfaits. Elle est en effet très riche en protéines végétales et en fibres, tout en étant pauvre en graisses. C’est également un bon aliment antifatigue et antistress grâce à ses glucides à libération lente.

En y ajoutant un peu d’eau, la farine de pois chiche fait une base formidable pour de délicieux pancakes et blinis grâce à sa texture lourde et épaisse. En revanche, pour une préparation plus aérée comme du pain, vous devrez faire en sorte que la farine de pois chiche ne représente pas plus d’un tiers de la farine utilisée, pour préserver sa légèreté.

La farine de millet

Consommée plus particulièrement en Afrique et en Inde, la farine de millet, également appelée farine de mil, est considérée comme un aliment tonique grâce à sa richesse en protéines et en magnésium. Sa forte teneur en fibres en fait également une bonne alliée pour la digestion.

Le goût de la farine de millet, léger, rappelle celui de la noisette. Attention, si elle est utilisée seule en pâtisserie la préparation risque d’être trop sèche. Il faudra la mélanger avec de la fécule de maïs ou de pomme de terre. Associée à des carottes ou à des courgettes, la farine de millet fera également d’excellentes galettes de légumes.

La farine de quinoa

Le quinoa est une pseudo-céréale qui nous vient d’Amérique du Sud. Sa farine est la seule à contenir tous les acides aminés essentiels, ce qui s’associe bien avec sa bonne teneur en protéines pour en faire un aliment tonique !

Le goût de la farine de quinoa reste assez marqué, tout comme celui de la graine entière. De même, sa faible capacité à amalgamer vous obligera à l’associer à une autre farine, comme la farine de riz, ou à de la fécule de maïs, pour préparer vos pâtisseries. Son fort pouvoir absorbant fait également que sa proportion doit rester faible dans la préparation.

La farine de châtaigne

Toujours très utilisée en Corse, la farine de châtaigne est un atout de choix. Elle est en effet très rassasiante même à faible dose et contient beaucoup de fer et de potassium. Ces deux éléments permettent de soutenir le tonus et l’endurance.

Non seulement le goût de la farine de châtaigne est très doux, mais il s’accompagne également d’un moelleux inégalable lorsqu’elle est la seule farine dans une pâtisserie. Sa texture peut cependant être assez lourde et, pour du pain ou des gâteaux, vous pourrez la mélanger avec de la fécule de maïs pour plus de légèreté.

La farine d’amarante

Cette autre pseudo-céréale venue d’Amérique latine est moins célèbre que le quinoa, mais elle n’est pas moins intéressante. Très riche en fer et en calcium, la farine d’amarante est également une excellente source de protéines végétales faciles à assimiler.

Le goût légèrement sucré et épicé de la farine d’amarante en fait une base idéale pour des biscuits, des galettes ou des gaufres. Cependant, si vous voulez l’utiliser pour des préparations ayant une pâte aérée comme du pain ou un gâteau, mieux vaut la mêler à de la fécule de maïs.

La farine de chanvre

La plante dont elle est issue ressemble au cannabis, mais elle n’est ni psychotrope, ni illégale ! La farine de chanvre contient des glucides, des lipides et des protéines dans des proportions idéales, ce qui en fait une bonne alliée nutrition.

La farine de chanvre seule présente une couleur brun-vert assez particulière, et son goût ne plait pas forcément à tout le monde. A raison de 50g de farine de chanvre pour 200g d’une autre farine (épeautre, riz) elle apporte ses nutriments à vos gâteaux et pains, avec en bonus une jolie couleur verte !


Écrit par Romain Berthommier

Tags :  alimentation farine sans gluten


Alimentation  |  30 mars 2017

Partager :