Transit  |  12 juin 2017

Partager :

5 règles à suivre pour éviter la turista en voyage

« Un séjour paradisiaque à l’autre bout du monde peut vite se transformer en enfer si vous ne prenez pas quelques précautions pour ménager vos intestins. En cause la diarrhée du voyageur, plus connue sous le nom de turista, qui touche des millions de touristes chaque année. A. Vogel vous révèle ses astuces pour l’éviter.

La flore intestinale, composée de micro-organismes bénéfiques, repose sur un équilibre complexe. Dans les pays tropicaux la chaleur et des standards d’hygiène différents peuvent favoriser l’ingestion et le développement de toutes sortes de germes. Ces derniers vont alors perturber le microbiote intestinal, augmentant les sécrétions et provoquant la tristement célèbre diarrhée du voyageur. Heureusement les solutions sont simples pour éviter la turista.

Préparer votre flore intestinale avant le départ

Vous aurez beau prendre toutes les précautions possibles une fois sur place, mieux vaut préparer votre flore intestinale en amont. Vous pouvez en effet la rendre plus forte et saine pour lutter contre les agents pathogènes extérieurs en consommant des aliments et des boissons probiotiques. Augmentez donc votre consommation d’aliments lacto-fermentés, de boissons lacto-fermentées et de yaourts naturels un mois avant le départ. Pratiquez également une cure de Molkosan® sur la même période, en l’ajoutant à vos smoothies.

Bien se laver les mains

Les germes responsables de la diarrhée du voyageur, comme de nombreux autres agents pathogènes, se transmettent souvent par les mains lorsque ces dernières sont portées au visage. Une règle essentielle à suivre donc : toujours veiller consciencieusement à l’hygiène de ses mains. Prenez bien soin de les laver avec du savon aussi souvent que nécessaire, surtout au moment des repas, et ayez toujours un gel hydroalcolique à portée de main.

Boire de l’eau en bouteille

Une fois arrivé à destination, vous devez toujours garder à l’esprit que les principaux germes responsables de la turista se transmettent souvent par l’eau. Ne consommez donc pas d’eau du robinet, telle quelle ou sous forme de glaçons, et ne buvez que de l’eau en bouteille (assurez-vous toujours que la bouteille était bien scellée avant de la boire et consommez-la immédiatement). Seules les infusions, le thé et autres boissons chaudes peuvent faire exception, à condition que l’eau ait été bouillie plus de cinq minutes et que, là aussi, vous les consommiez rapidement.

Ne pas consommer d’aliments crus

Après l’eau, ce sont les aliments crus qui ont le plus de chances d’êtres contaminés par des germes qui pourraient vous transmettre la diarrhée du voyageur. Proscrivez donc viandes crues, poissons crus, fruits de mer et crudités et assurez-vous que tous les aliments que vous consommez soient bien cuits. Les fruits (et les légumes) peuvent faire exception à cette règle à la stricte condition que vous les épluchiez et les coupiez vous-même avec des couteaux bien propres et après vous être bien lavé les mains.

Utiliser des aides à la digestion

Une fois sur place, n’hésitez pas à favoriser votre santé digestive, ou à la maintenir si les premiers symptômes vous guettent, en ayant recours à des aides naturelles à base de plantes. En effet des plantes comme le boldo, présent dans Boldocynara®, permettent de réguler et d’apaiser la digestion. C’est également le cas du chardon-marie et de l’artichaut, dont les bénéfices digestifs peuvent être appréciés grâce à leurs extraits de plante fraîche. Si malgré tout vous souffrez quand même de la turista, les symptômes devraient disparaître au bout de 48 heures en suivant un régime adapté et s’ils persistent, consultez un médecin. Enfin n’oubliez pas qu’en cas de diarrhées il est capital de se réhydrater, et donc de boire beaucoup d’eau.


Écrit par Romain Berthommier

Tags :  diarrhée turista voyage


Transit  |  12 juin 2017

Partager :