Immunité  |  11 septembre 2017

Partager :

Comment éviter une infection urinaire ?

Souffrir d’une infection urinaire est particulièrement handicapant, il est donc normal de chercher à tout prix à l’éviter. A. Vogel partage avec vous ses astuces pour savoir comment éviter une infection urinaire.

Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

Les infections urinaires touchent majoritairement les femmes, mais personne n’est réellement à l’abri. Il y a infection urinaire lorsque l’urètre (le canal d’expulsion des urines) et la vessie sont victimes d’une prolifération de bactéries. Ses principaux symptômes sont les suivants :

  • brûlure, sensation de douleur au moment d’uriner
  • besoin anormalement fréquent d’uriner, en journée et même la nuit
  • l’impression d’avoir tout le temps envie d’uriner

Des symptômes handicapants, d’autant que l’infection peut parfois s’étendre aux reins et gagner en gravité. En temps normal, l’acidité de l’urine, les surfaces lisses des conduits et le système immunitaire suffisent à éviter ce genre de désagréments, mais ils ne sont parfois pas suffisants.

Les bons réflexes à avoir aux toilettes

L’un des premiers réflexes à adopter pour les femmes afin d’éviter la cystite est de toujours s’essuyer d’avant en arrière. En effet, la majorité des infections urinaires, également connues sous le nom de cystites, sont dues à des bactéries intestinales type E. coli, passant de la zone anale à la zone génitale.

Prendre des précautions lors des rapports sexuels

Hommes comme femmes s’exposent aux infections urinaires lors des rapports sexuels. En effet, certaines sont causées par des infections sexuellement transmissibles dues à des gonocoques ou des chlamydiae. Il faut donc avoir recours aux protections efficaces, en l’occurrence les préservatifs.

Cependant une infection urinaire peut se loger dans votre urètre même si vous avez un ou une partenaire régulière et exclusive. En plus de l’utilisation de préservatifs, pensez à bien uriner dès les rapports sexuels finis, l’écoulement de l’urine limitant l’installation de bactéries qui se seraient retrouvées dans l’urètre lors du coït.

Quelques précautions alimentaires

L’alimentation joue également un rôle dans la prévention de l’infection urinaire. Ainsi certains aliments sont réputés soutenir le système urinaire, et notamment le jus de cranberries, ou jus d’airelles. Dans tous les cas, mieux vaut s’en remettre au jus de fruits et de légumes bio pour ne pas accumuler trop de sucre pour que les urines n’en soient pas non plus saturées et n’offrent là un terreau fertile aux bactéries.

De même, il faut boire suffisamment d’eau, au moins 1,5 litre par jour, pour être sûr d’uriner et d’éliminer. Si vous craignez de ne pas uriner assez régulièrement, veillez également à avoir recours au pissenlit sous forme d’EPF® Pissenlit pour stimuler l’élimination des urines, car ces dernières ne doivent jamais s’accumuler. Enfin, n’hésitez pas à ajouter à votre diète une aide du système urinaire à base d’échinée et de busserole comme Cystoforce®.

Faire attention en cas de facteurs aggravants

Suivre ces précautions et vous assurer d’uriner aussi souvent que le besoin s’en fait sentir devrait vous permettre d’éviter l’infection urinaire, mais quelques facteurs aggravants doivent vous obliger à redoubler de vigilance. C’est notamment le cas des femmes atteignant la ménopause, ses bouleversements hormonaux pouvant faciliter l’apparition d’infections urinaires. La sauge, sous forme d’EPF® Sauge ou de comprimés Ménosan®, est recommandée à titre préventif.

Concernant les hommes, l’hypertrophie bénigne de la prostate qu’ils développent à partir d’un certain âge est également un facteur de risque supplémentaire pour les infections urinaires. En effet en gênant la vidange de la vessie, l’HPB augmente le risque de prolifération de bactéries dans les voies urinaires. Pour contrer cette évolution naturelle, le recours au sabal, sous forme de comprimés Prostasan®, est une solution de prévention adaptée.


Écrit par Romain Berthommier

Tags :  cystite hygiène infection urinaire urine


Immunité  |  11 septembre 2017

Partager :