Alimentation  |  15 avril 2017

Partager :

Mieux connaitre les aliments riches en iode

L’iode est fondamental pour le fonctionnement de la thyroïde, et cette dernière tient une place à part dans notre organisme. Or notre seule source d’iode se trouve dans notre alimentation ! Composez un menu sain et riche en iode grâce à nos conseils.

La carence en iode est devenue rare et elle a peu de risque de vous affecter. Heureusement ! Lors d’une carence en iode, la glande thyroïde fonctionne anormalement et ne peut plus assurer correctement son activité hormonale et équilibrer l’organisme. Chez l’adulte, cela se traduit par de la fatigue, une prise de poids ou encore l’apparition d’un goitre alors que chez l’enfant cette carence peut provoquer des retards du développement physique et mental.

On estime que le corps d’un adulte de taille moyenne contient 15mg d’iode, et nos besoins quotidiens en iode seraient de 100 à 200 microgrammes. Notre alimentation nous apporterait en moyenne 300 microgrammes d’iode par jour, mais il faut savoir que seul 20% de cet iode sera retenue par l’organisme, le reste étant éliminé avec les urines. Il faudra donc que vous veilliez à ce que vos apports en iode soient suffisants, et plusieurs types d’aliments riches en iode peuvent combler ce besoin.

Le sel

Le fameux « sel iodé » est sans doute le plus célèbre des aliments pouvant nous apporter de l’iode. C’est d’ailleurs à cette fin qu’il a été conçu au début du XXème siècle, pour réduire la prévalence des carences en iode. Le sel naturel est donc exposé à divers solutions inorganiques pour être artificiellement enrichi en iode, jusqu’à atteindre un taux de 12,5 microgammes d’iode par gramme de sel en moyenne.

Cependant, cet iode artificiel peut facilement être perdu par le sel blanc, notamment lorsqu’il est utilisé lors d’une cuisson, en fonction de la durée et du type de cette dernière. De même, l’humidité diminue la concentration en iode du sel blanc. Une alternative consiste à utiliser un sel dont l’iode additif n’est pas synthétique mais naturel. C’est notamment le cas des sels Herbamare® qui puisent leur iode de manière naturelle dans de l’extrait d’algue marine kelp. Le tout avec un goût unique.

Les produits de la mer

Le sel iodé ne représente cependant qu’une petite portion de l’iode ingéré chaque jour. La majorité de l’iode que notre corps peut se procurer se trouve en effet dans des aliments organiques. Les produits de la mer sont naturellement très riches en iode et sont de loin les mieux pourvus en la matière. Algues, mollusques, crustacés et poissons sont donc à ajouter au menu pour une alimentation iodée.

Les algues japonaises wakame, que l’ont retrouve notamment dans la soupe miso, contiennent ainsi jusqu’à 300 microgrammes d’iode par gramme (300µg/1g). Parmi les poissons, le saumon se distingue par sa teneur en iode de 245 µg/g, tandis que la morue suit avec un honorable taux de 143 µg/g d’iode. Du coté des crustacés, la langoustine en a 130 µg/g alors que pour les mollusques et coquillages, l’huître en offre la quantité remarquable de 57 µg/g. Ce qui donne envie d’ajouter plus de produits de la mer au menu !

Le lait, les produits laitiers, les œufs et certaines plantes

Les tissus des animaux terrestres (mais aussi ceux des poissons d’eau douce) ne contiennent pas ou très peu d’iode naturellement. Et pourtant, le lait et ses produits dérivés, de même que les œufs, peuvent être une source d’iode. La raison est l’utilisation d’iodophores dans les élevages, pour prévenir les infections des animaux et la contamination du lait et des œufs par de mauvais germes. A noter que la nourriture donnée aux animaux d’élevage contient également de l’iode.

Le lait et ses produits dérivés comme les yaourts et le fromage contiennent donc logiquement de l’iode, de même que les œufs et les pâtisseries à partir desquels elles sont fabriquées. Cependant cette concentration peut varier en fonction du type d’élevage, et ils ne doivent donc pas être votre seule source d’iode. Parmi les autres produits de la terre, certains légumes comme les épinards, le cresson, l’ail et le chou, en contiennent également, mais en proportions beaucoup plus petites. Côté fruits, l’ananas, les mûres et les groseilles contiennent aussi de l’iode, mais leur teneur est elle aussi très réduite.

Vous avez pu le constater, nos besoins en iode sont réduits, et les aliments riches en iode ne manquent pas. Notre préférence va cependant aux produits de la mer, qui sont de loin les mieux pourvus en la matière. Mais pour la composition de vos menus, seules vos préférences feront la différence !


Écrit par Romain Berthommier

Tags :  alimentation iodée aliments riches en iode iode sel iodé


Alimentation  |  15 avril 2017

Partager :